La santé des parisiennes et des parisiens est un enjeu majeur aujourd’hui et pour les années à venir. La démographie médicale est sous tension, avec une densité de médecins généralistes à Paris ne cessant de décroître depuis 2012, et une moyenne d’âge des médecins élevée (57 ans).

Il sera de plus en plus difficile pour les parisien-e-s de trouver un médecin traitant ou d’obtenir un rendez-vous dans un délai acceptable si des mesures fortes ne sont pas mises en œuvre. Les urgences des hôpitaux, déjà en grande difficulté aujourd’hui, seraient asphyxiées demain si aller aux urgences devenait le seul moyen de consulter un médecin en premier recours…

Concernant les médecins spécialistes, s’ils sont nombreux à Paris, leur répartition est inégale selon les arrondissements et ils pratiquent pour la grande majorité d’entre eux des dépassements d’honoraires (à 72 % en 2017), ce qui éloigne du soin beaucoup de parisien-e-s.

Fort de ce constat, il revient à la Ville de Paris d’assumer pleinement son rôle de soutien à la profonde mutation qui doit être opérée dans l’offre de soins parisienne, pour que demain, accéder aux soins et à la prévention ne devienne pas une gageure pour certaines catégories de parisien-e-s. Il faut lutter contre le renoncement aux soins qui touche plus particulièrement les plus vulnérables d’entre nous. Ce sera notre priorité pour la prochaine mandature.

NOUS SOUTIENDRONS L’INSTALLATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Nous voulons que la Ville de Paris renforce son soutien au maintien, au développement et à la création de maisons de santé pluri-professionnelles, de centres de santé ou encore de cabinets médicaux, notamment dans les zones déficitaires et les « quartiers politique de la ville » (quartiers défavorisés). Paris ne doit pas devenir un désert médical. C’est une priorité !

Pour cela, nous proposerons un dispositif d’accompagnement à l’installation des professionnels de santé et des aides financières supplémentaires à l’installation dans les zones déficitaires. Nous faciliterons également l’accès au foncier pour ces professionnels (en location ou achat), à des tarifs règlementés par la Ville de Paris, pour des installations dans des locaux adaptés à l’exercice de groupe et répondant aux conditions d’accessibilité pour les personnes handicapées. Pour ce faire, nous mettrons en place dès 2020 un comité technique de veille et de réflexion pour la recherche de locaux à destination des professionnels de santé.

NOUS CRÉERONS AU MOINS UN CENTRE MUNICIPAL DE SANTE DANS CHAQUE ARRONDISSEMENT D’ICI A 2026

Nous nous engageons à développer les Centres Municipaux de Santé à Paris. La santé doit aussi être un service public : une offre de soins municipale, c’est un levier indispensable pour mettre en œuvre une politique de santé ambitieuse dans chaque quartier, chaque arrondissement.

Nous créerons d’ici à 2026 au moins un Centre Municipal de Santé dans chaque arrondissement. Nous voulons offrir des consultations en secteur 1 de médecine générale, de gynécologie, d’ophtalmologie, de dermatologie, des consultations dentaires, de la radiologie et d’autres spécialités selon les besoins des territoires, ouvrir des CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles), des séances de vaccinations gratuites, des consultations d’Intervention Volontaire de Grossesse (IVG), des visites à domicile, des permanences sociales, des actions de santé publique etc… avec des horaires d’ouverture adaptés aux besoins des parisien-e-s.

Nous voulons que ces Centres Municipaux de Santé portent des projets ambitieux et innovants. Ces initiatives sont actuellement soutenues par le ministère, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie et l’Agence Régionale de Santé : le travail pluridisciplinaire en équipe, avec la mise en place de protocoles de coopération médecins / infirmier-e-s, l’éducation thérapeutique ; la collaboration renforcée avec les hôpitaux permettant des consultations de spécialistes des hôpitaux au sein des centres municipaux de santé ; l’accueil et la formation d’étudiants en médecine en collaboration avec les facultés de Médecine ; le développement de la télémédecine adaptée à certaines situations médicales (téléconsultations et télé-expertise pour les avis de spécialistes).

Enfin, les médecins des Centres Municipaux de Santé de la Ville de Paris seront rémunérés à la fonction, c’est-à-dire avec un salaire mensuel fixe ; en effet, le paiement à l’acte a tendance à favoriser le soin curatif uniquement et n’encourage pas les professionnels à participer à la concertation, à la coordination et aux actions de santé publique en dehors des heures de consultation.

NOUS APPUIERONS LA REORGANISATION ET LA COORDINATION DES SOINS DE VILLE

Nous soutiendrons la création des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS), regroupant l’ensemble des professionnels de santé d’un même territoire, un arrondissement par exemple (médecins et professionnels auxiliaires médicaux libéraux, maisons de santé, centres de santé, hôpitaux, intervenants sociaux…), en collaboration avec l’ARS d’Île de France. Les CPTS ont essentiellement à Paris pour objectif de garantir à tou-te-s les parisien-e-s l’accès à un médecin traitant et à une consultation sans rendez-vous au plus près de chez eux en cas de nécessité. Il y a encore trop peu de CPTS à Paris.

Nous soutiendrons l’organisation de la permanence des soins ambulatoires (PDSA) qui permet l’accès aux soins notamment aux heures de fermeture des consultations de ville (le soir et le weekend), et permet de répondre aux demandes de consultations sans RDV. Les Centres Municipaux de Santé y participeront.

NOUS RENFORCERONS LE PARTENARIAT AVEC LES HÔPITAUX PARISIENS ET NOTAMMENT AVEC L’AP-HP (ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS)

La mairie de Paris a une place importante au conseil de surveillance de l’AP-HP. Elle doit donc s’impliquer et définir l’offre de soins de la Ville au côté de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP et du directeur général. Nous développerons la coopération entre l’AP-HP et la médecine de ville, notamment via les Centres Municipaux de Santé de la Ville de Paris, pour désengorger les services d’urgences. Les services de la Ville de Paris (services sociaux, logement…) devront être impliqués de façon plus étroite dans l’organisation des parcours des patients les plus vulnérables (notamment les personnes âgées et les personnes handicapées), pour leur maintien à domicile ou après une sortie d’hôpital (retour à domicile impossible après une hospitalisation pour les personnes en perte d’autonomie, solution d’hébergement pour des mères isolées sans domicile sortant de maternité…). Nous souhaitons developper un lien étroit entre les hôpitaux parisiens, la médecine de ville et les services médico-sociaux municipaux.

NOUS REDÉPLOIERONS LES SERVICES DE PMI, DE PLANNING FAMILIAL ET DE MÉDECINE SCOLAIRE

Paris compte 59 centres de Protection Maternelle et Infantile répartis dans tous les arrondissements, chargés d’assurer la protection sanitaire de la mère et de l’enfant. Le constat en 2020 est celui d’une crise majeure, à Paris comme en France, avec un manque de moyens financiers et humains ne permettant pas aux PMI d’assumer leur rôle notamment auprès des plus fragiles. La Ville de Paris devra accompagner des changements profonds pour que les PMI restent un levier de prévention pour tous adapté pour réduire les inégalités sociales de santé.

Nous agirons pour développer l’offre de planning familial et l’accès à l’Intervention Volontaire de Grossesse. Il y a 22 Centres de Planification et d’Éducation Familiale à Paris (CPEF) répartis dans 12 arrondissements. La Ville de Paris gère 4 CPEF, les autres sont associatifs ou rattachés à un hôpital. La Ville de Paris doit faire mieux en matière d’accès au planning familial pour tous.

Nous ferons de la médecine scolaire une priorité. Il y a actuellement de nombreux postes de médecins scolaires non pourvus, par manque d’attractivité salariale, mais aussi probablement du fait de la complexité des missions demandées et de l’insuffisance des ressources allouées. La santé des petits parisien-e-s doit être une priorité ! La Ville de Paris doit avoir un service de santé scolaire à la hauteur des enjeux de santé publique, en lien fort avec les personnels éducatifs des écoles, quand on sait aujourd’hui que les dépistages sensoriels, les dépistages des troubles du langage et des apprentissages ou le dépistage de l’obésité infantile doivent être les plus précoces possible pour ne pas entraver de façon plus profonde la scolarité, le bien-être et la santé des enfants. Il faut augmenter considérablement le nombre de médecins scolaires et rendre ce métier plus attractif en revalorisant les rémunérations des professionnels et en modernisant les outils de travail (informatisation des dossiers et développement d’une plateforme numérique de coordination).

Pour financer ces mesures, nous mettrons en place un Fonds pour l’innovation en santé doté de 10 millions d’euros. Il permettra de financer la création des Centres Municipaux de Santé ainsi que nos autres mesures, et de faire émerger les expérimentations traçant les contours d’un système global de santé plus fluide, plus accessible et plus innovant.

« La santé des Parisiennes et des Parisiens ne peut pas être une variable d’ajustement budgétaire ou politique. C’est une priorité pour Paris, ce sera une priorité pour nous, Parisiennes, Parisiens, ! »,

Gaspard Gantzer, 11 septembre 2018

Elections municipales, les 15 et 22 Mars 2020

Limite d’inscription sur listes électorales : le 7 Février 2020

S’engager

Vous voulez nous rencontrer ? Participer à la campagne ? Rejoindre le mouvement ? Pour réussir, nous avons besoin de votre engagement.

Je m'engage

Proposer

Un problème dans votre quartier ? Une idée pour l’améliorer ? Des aménagements à revoir ? On vous écoute.

Je propose

Se rencontrer

Participer à un événement proche de chez vous et rencontrer tous nos candidats et leurs équipes.

Je viens

Nous avons besoin de vous

60% du montant de votre don est déductible de vos impôts